Transformation numérique : tester les limites des réseaux

Donner naissance à un réseau mondial piloté par logiciel, voici tout l’objectif de la nouvelle alliance ngena. La numérisation croissante des processus métiers oblige les entreprises à revoir leurs business models, mais elle crée également de nouvelles exigences au niveau des réseaux d’entreprise.

Évolutivité, flexibilité, facilité de gestion : voici les caractéristiques d’un réseau adapté à l’explosion des besoins en matière de sécurité, de bande passante et de qualité. Les entreprises doivent pouvoir les opérer depuis un point central à l’aide de logiciels, et en adapter le dimensionnement d’un simple clic. Les membres de la nouvelle alliance ngena promettent cette réalité pour 2017.

Les nouvelles technologies telles que les terminaux mobiles, les médias sociaux, le Cloud computing, l’analytique, l’Internet des objets ou l’impression 3D contribuent à améliorer considérablement les processus clients et métiers, et à mettre en place de nouveaux business models. Le secteur de l’Industrie, par exemple, devrait connaître un changement radical sous l’effet de la révolution numérique. La « quatrième révolution industrielle » (la fameuse industrie 4.0) permettra ainsi de voir apparaître des usines intelligentes, répondant aux besoins des clients et fabriquant des produits personnalisés, sur mesure.

La transformation numérique et la mondialisation sont deux phénomènes convergents. Beaucoup d’entreprises, des PME aux plus grandes, ont une perspective globale : elles fabriquent et vendent leurs produits dans le monde entier. Pour ce faire, elles dépendent d’une connectivité internationale pour mettre en place, par exemple, une collaboration fluide entre leurs collaborateurs du monde entier, pour tisser des liens plus étroits avec leurs clients, ou encore pour connecter l’ensemble des capteurs qui constituent l’Internet des objets.

Un réseau flexible et évolutif avec une couverture mondiale

La transformation numérique nécessite une infrastructure flexible et évolutive : flexible, car les besoins en matière de connectivité changent constamment, et évolutive, car l’on doit pouvoir connecter rapidement de nouveaux sites pour répondre aux besoins. Cependant, la plupart des entreprises s’accorderont sur le fait que ces qualités ne sont pas exactement celles qui caractérisent les réseaux actuellement.

La transformation numérique nécessite une infrastructure flexible et évolutive.

Le processus visant à identifier les besoins pour la mise en place d’un réseau mondial est déjà une affaire complexe pouvant prendre plusieurs semaines, sans compter le processus de configuration qui s’ensuit. Une fois le réseau opérationnel, il devient souvent difficile d’opérer le moindre changement à ce niveau. Mais que se passe-t-il lorsque l’on opte pour un réseau MPLS avec connexion aux sites via l’Internet public, et que cette connexion ne répond pas aux attentes ? « Les entreprises doivent pouvoir lancer leurs activités en un tour de main. Et les services basés exclusivement sur l’Internet public ne sont pas suffisamment sécurisés et fiables pour des applications en temps réel dans des secteurs tels que la logistique, la fabrication industrielle ou la télémédecine », affirmait Timotheus Höttges, CEO de Deutsche Telekom à l’occasion du Mobile World Congress de Barcelone en février dernier. L’heure du « réseau international de nouvelle génération » est arrivée.

Une connectivité mondiale simple en un laps de temps réduit

Le projet ngena lancé en 2016 par l’opérateur de télécommunications américain CenturyLink, la société indienne Reliance, l’opérateur sud-coréen SK Telecom et Deutsche Telekom – qui détient une participation de 49 % dans l’alliance – a pour but de réunir les infrastructures des opérateurs actuels et des futurs membres, au sein d’un VPN mondial. Vingt nouveaux partenaires sont attendus dans les prochaines années. Cisco, partenaire technologique de l’alliance, fournit une connectivité Ethernet (niveau 2), ainsi que des interfaces standardisées entre les services et les réseaux des autres membres.

L’heure du « réseau international de nouvelle génération » est arrivée.

Les partenaires peuvent ainsi proposer d’eux-mêmes une connectivité complète en un laps de temps réduit. Les clients continueront à travailler en liaison avec leur fournisseur de services habituel, et n’auront pas à se préoccuper des processus complexes, frontières géographiques, contacts multiples, SLA et autres limites techniques.

Piloté par logiciel

Pour les membres fondateurs de ngena, cette alliance est plus que la simple somme des infrastructures reliées les unes aux autres. L’initiative tire pleinement parti des avantages du Software-Defined Networking (SDN, ou réseaux pilotés par logiciel) et de la virtualisation des fonctions réseau (NFV). Le réseau ngena étant un projet piloté par logiciel, ses clients peuvent paramétrer leur propre réseau depuis un point central et, par exemple, accroître leur capacité à tout moment. Ils ont la possibilité de superviser leur réseau international à l’écran et d’en modifier le dimensionnement d’un simple clic.

L’initiative ngena tire pleinement parti des avantages du Software-Defined Networking et de la virtualisation des fonctions réseau.

En tant que société indépendante, ngena proposera des services de réseau virtuel, ainsi qu’un SDN mondial tournant entièrement en arrière-plan. Les services fournis comprendront notamment un VPN international, des outils de gestion des performances des applications (APM), et de gestion et optimisation de WANs et LANs. Les partenaires proposeront également des services additionnels de type UCC (Unified Communication & Collaboration), de sécurité avancée, ainsi que des API spécialisées favorisant l’adoption d’applications métier spécifiques. Par exemple, il sera possible de connecter très facilement des capteurs, des modules GPS ou des conteneurs intelligents au réseau afin que les industriels puissent vérifier le statut de leurs marchandises. C’est bien là l’une des promesses de la révolution numérique.

Comment T-Systems peut-il vous accompagner ?

Filiale de Deutsche Telekom, T-Systems s’appuie sur l’expertise de ses 50 000 collaborateurs et sur son infrastructure mondiale de data centers et de réseaux pour soutenir votre transformation IT.

Contactez-nous

Répondre