Trois questions à Jean-Emmanuel Josserand, DSI d‘ISS France

Avec 25 ans d’expérience à différents postes informatiques, techniques et managériaux, Jean-Emmanuel Josserand, DSI d’ISS France depuis octobre 2014, nous livre son point de vue sur la gestion de l’innovation, l’infogérance et le cloud computing.

Comment expliquez-vous le succès de la société ISS et quel rôle y joue l’innovation ?

Le groupe ISS est le premier employeur étranger en France. Il compte 510 000 collaborateurs dans le monde, dont 25 000 dans l’Hexagone où il réalise un chiffre d’affaires de 700 millions d’euros. Les services de Facility Management que nous délivrons aux entreprises reposent sur les hommes et sur la qualité de la relation client. Nous nous devons d’aller au-delà des attentes de nos 60 000 clients. Notre différence est la valeur ajoutée que nous apportons chaque jour à nos clients au travers des nouvelles technologies notamment. Deux exemples : les objets connectés nous permettent désormais d’optimiser nos interventions en fonction de la fréquentation des équipements sanitaires ou des salles ; les 300 tablettes qui équipent nos responsables d’équipe améliorent la qualité des contrôles et donc la satisfaction client.   

La transformation digitale des métiers vous impacte-t-elle et si oui comment ?

Nous sommes une entreprise de main d’œuvre, non délocalisable et assez peu « Uberisable » mais la transformation digitale n’est pas une option.  Elle nous permet d’améliorer nos prestations, notre réactivité, nos reportings et la qualité de notre relation client. Réaliser un contrôle qualité en présence du client, de manière interactive, en utilisant la tablette et notre application métier est un vrai plus. Mettre en œuvre toutes ces innovations n’est pas forcément simple car il faut à la fois maîtriser des technos qui ne sont pas encore « sèches » et les intégrer à un système d’information qui n’a pas été prévu pour cela. En tant que DSI, je dois jongler en permanence entre l’existant (le « Legacy ») et les « nouveautés » comme l’Internet des objets (IoT) pour lesquels il y a une forte demande du marché mais pas de standards et pour lequel il faut bâtir un savoir-faire en interne.     

Quels sont vos conseils pour réussir sa stratégie d’outsourcing IT ?

En premier lieu, ne pas se focaliser sur le choix du prestataire ! Il faut d’abord construire sa politique de sourcing, mener l’inventaire des services attendus, faire le tri entre ce qui doit être externalisé et ce qui doit rester en interne. Mon conseil : externaliser uniquement les services que l’on maîtrise déjà en interne, ce qui permet de garder le contrôle en toute circonstance. Ensuite, il est impératif de construire ses contrats autour de la réversibilité, c’est-à-dire « prévoir le divorce », même si ça n’est pas une fatalité. Dans tous les cas, une approche à la fois contractuelle et organisationnelle est cruciale. Objectif : ne JAMAIS perdre la maîtrise du SI ! Au quotidien, il faut être rigoureux sur le suivi des contrats d’engagement de service (SLA) et challenger en permanence le prestataire. C’est un service rendu aux deux parties. Enfin, d’un point de vue économique, il faut être prudent: l’externalisation à outrance coûte cher. Aujourd’hui, il existe des alternatives plus rentables avec le développement des services dans le Cloud.     

IMG_9595

Quelques mots sur Jean-Emmanuel Josserand :

Avec 25 d’expérience dans le conseil (notamment en externalisation informatique et métier) ainsi que dans le management d’équipes techniques et de production informatique, Jean-Emmanuel Josserand a piloté de nombreux contrats d’infogérance et mené divers projets de transformation impliquant une redéfinition des modèles de sourcing (« réinternalisation », externalisation ou offshoring). Il est maintenant le DSI d’ISS France.

Comment T-Systems peut-il vous accompagner ?

Filiale de Deutsche Telekom, T-Systems s’appuie sur l’expertise de ses 50 000 collaborateurs et sur son infrastructure mondiale de data centers et de réseaux pour soutenir votre transformation IT.

Contactez-nous

Répondre