Miser sur l’expérience : T-Systems consolide le centre de données d’Amsterdam pour Shell

Le projet monumental de consolidation et de modernisation assure la pérennité des services informatiques de Shell.

Parlons de débuts particuliers : un importateur anglais de coquillages et un fournisseur néerlandais de kérosène pour lampes se sont réunis pour former ce qui est aujourd’hui la deuxième plus grande compagnie pétrolière et gazière au monde. Aujourd’hui, Shell emploie 92 000 personnes, dans quatre activités principales : Amont, Gaz et nouvelles énergies intégrées, Aval, et Projets & Technologie, et est extrêmement déterminée à mettre la technologie et l’innovation au cœur de toutes ses opérations. De toute évidence, toute organisation aussi avancée a besoin de services informatiques stables et conformes pour mener à bien ses opérations quotidiennes. C’est là qu’intervient T-Systems. Depuis plus de neuf ans, la branche clients d’entreprise de Deutsche Telekom fournit à Shell des services de centres de données dans le monde entier. Et bien que son contrat ne soit pas encore sur le point d’expirer, Shell a décidé à la fin de 2016 de prolonger le contrat de T-Systems jusqu’en 2022. En vertu de ce contrat, le fournisseur informatique est responsable non seulement de fournir des solutions commerciales avec un haut niveau d’automatisation et d’agilité, mais aussi d’exploiter des datacenter à Munich (Allemagne), Houston (États-Unis), Cyberjaya (Malaisie) et Amsterdam (Pays-Bas). Et c’est Amsterdam, la ville néerlandaise connue pour ses canaux, ses tulipes et ses vélos, située à plus de 60 kilomètres du siège de Shell à La Haye, qui a récemment accueilli un vaste projet de consolidation et de modernisation des datacenter. « La tâche consistait à consolider le matériel et les logiciels de trois salles de datacenter différentes dans une seule salle du Data Center 1 d’Amsterdam et à installer une nouvelle plate-forme pour les services de calcul dynamique », indique Jo Brobbel, responsable de la mise en place des services d’infrastructure chez T-Systems. Il s’en est suivi une course contre la montre sans précédent qui a débuté en décembre 2015. Comme l’explique Brobbel, « La portée était encore plus grande que celle du projet de sortie du datacenter de Houston IC deux ans plus tôt, à l’époque le plus grand déménagement de datacenter de notre histoire. Cette fois, il nous a fallu déplacer deux fois plus d’appareils et de services en moitié moins de temps ».

Migration de 12 000 téraoctet de données d’entreprise 

Au total, l’équipe de T-Systems, composée d’environ 200 personnes, a transporté ou éliminé 6 500 serveurs, dispositifs de stockage, appareils de réseau et autres composants matériels – y compris 1 000 racks de serveurs complets. Les membres de l’équipe ont posé 150 kilomètres de nouveaux câbles, migré plus de 1 500 serveurs virtuels et transféré près de 12 pétaoctets – ou 12 000 téraoctets – de données d’entreprise. Dès le départ, Shell a clairement fait part de ses attentes à son fournisseur de TIC de longue date : pas d’interruption inopinée ou de défaillance du système pendant le déménagement. Après tout, les serveurs contiennent un nombre incalculable d’applications critiques et d’environnements informatiques sophistiqués, y compris la plate-forme Exadata de Shell qui contient plus de 120 bases de données ou applications prenant en charge la production pétrolière et les activités de transactions énergétiques et de gestion financière de l’entreprise. « Outre le calendrier ambitieux – un déménagement complet en seulement 15 mois – nous avons dû faire face à deux autres grands défis. Tout d’abord, dans la gestion de la portée du projet, nous devions identifier nos tâches principales et la meilleure façon de les mener à bien pour que la migration soit un succès. Et avec certains changements informatiques, nous n’avions pas toujours une solution à portée de main, en particulier au début », explique Khalid Id-Lahcen, responsable de programme pour T-Systems. Les besoins énergétiques du datacenter d’Amsterdam ont également mis à l’épreuve les talents de l’équipe. Comme l’explique Id-Lahcen, «Nous avons dû optimiser les éléments de stockage avant la consolidation, car dans le cas contraire, le matériel fourni aurait consommé trop d’énergie ».

Tirer parti des enseignements de l’expérience de Houston

Malgré ces défis, l’équipe de T-Systems dirigée par Brobbel et Id-Lahcen n’a pas hésité. Après douze mois, en décembre 2016, le matériel et le logiciel ont été transférés de la Salle 2 à la Salle 1 du datacenter sans dysfonctionnement majeur. Trois mois plus tard, en mars 2017, le déménagement de la Salle 3 dans la Salle 1 s’est achevé dans les délais et les bâtiments flambant neufs ont été remis au propriétaire le 6 juin 2017. Le projet s’est inspiré de l’expérience et des méthodes développées au cours du projet de sortie du centre de données de Houston IC. Par exemple, l’équipe s’est de nouveau appuyée sur Cisco Overlay Transport Virtualization. Cette technologie de réseau a permis de migrer 1 500 serveurs virtuels exécutant des services d’informatique en nuage dynamique sans avoir à changer d’adresse IP. Cela a considérablement réduit l’effort administratif global.

« Notre mission est d’ajouter une valeur mesurable au cœur de notre entreprise ». HARRY DE GRIJS, vice-président et directeur informatique, services TI et opérations de Shell

« D’autres facteurs clés de réussite ont été une planification minutieuse et une collaboration étroite entre toutes les équipes participantes », selon Brobbel. « Nous avons travaillé main dans la main avec AT&T, Hewlett Packard Enterprise et d’autres partenaires technologiques et avons mis en place des équipes d’intervention (SWAT) dans le monde entier. Notre travail d’équipe avec les services de Shell s’est déroulé sans heurts et nous apprécions grandement le niveau de travail d’équipe que nous avons expérimenté de toutes les parties impliquées ». Harry de Grijs, vice-président et directeur informatique, services TI et opérations de Shell, le confirme : « J’aimerais remercier toute l’équipe, les personnes des autres unités informatiques internes et les employés de T-Systems ainsi que nos autres partenaires technologiques qui ont contribué à la réussite de ce projet. Notre préparation minutieuse a porté ses fruits, et je suis ravi du résultat final ».

Prochaine étape : la mise à jour de la plate-forme informatique en cloud de pointe 

 Ce projet stratégique essentiel n’était toutefois pas terminé lorsque les trois centres de données ont été regroupés en un seul. La plate-forme de cloud privé de Shell pour les services de calcul dynamique devait également être mise à jour de DCS 2.0/2.5 à DCS 3.0, la plus importante et la plus avancée des plates-formes de T-Systems. « Nous avons transformé le système actuel, un mélange de services d’hébergement et de stockage personnalisés, en un modèle de solutions axées sur le marché avec un haut degré d’automatisation », indique Id-Lahcen. Les bases de données Exadata fonctionneront également sur cette plate-forme à l’avenir.

Tout compte fait, le projet de consolidation et de modernisation a eu deux avantages clés pour Shell. Tout d’abord, elle a réduit le coût d’exploitation de ses centres de données. Deuxièmement, le projet a assuré l’avenir des services informatiques de l’entreprise. Non seulement DCS 3.0 permettra à de nombreuses applications d’entreprise de fonctionner avec une automatisation plus poussée, mais la plate-forme prendra également en charge les améliorations pendant un certain temps. « Notre mission est d’apporter une valeur ajoutée mesurable au cœur de métier de notre entreprise », dit Harry de Grijs, « et cela exige des services flexibles et de haute qualité ». Maintenant que ses datacenter ont été modernisés et migrés vers la dernière plate-forme de T-Systems, elle est prête à remplir cette mission.

Comment T-Systems peut-il vous accompagner ?

Filiale de Deutsche Telekom, T-Systems s’appuie sur l’expertise de ses 50 000 collaborateurs et sur son infrastructure mondiale de data centers et de réseaux pour soutenir votre transformation IT.

Contactez-nous

Répondre